Rien, ou presque...

Publié le par almanito

Rien, ou presque...

"On mange des nèfles" l'expression est on ne peut plus juste, cela veut dire que l'on n'a rien à se mettre sous la dent.

Rien ou presque. Car en effet, une fois retirés les noyaux (toxiques) et le fruit débarrassé de sa peau âpre, il ne reste qu'un peu de pulpe juteuse et sucrée à savourer.

J'avais de la chance en cette période de disette, on m'avait offert un grand sac - trois ou quatre kilos peut-être - de ces fruits à l'aspect peu appétissant mais néanmoins délicieux.

Je m'en gavais donc toute une semaine, faisant le plein de vitamines A et de calcium dont j'avais certainement besoin sans avaler grand chose d'autre. Une sorte de cure qui malheureusement s'acheva avec le dernier fruit dont je considérais le noyau à regret.

Je décidais de le garder et de le planter dès que j'aurais trouvé un logement définitif. Il m'accompagna encore quelques temps durant mes déménagements successifs, bien protégé dans une petite boîte que je n'égarai point, moi qui habituellement éparpille et perds mes affaires avec tant d'insouciance et de désinvolture.

Enfin, un jour vînt ou je le plaçais dans un petit pot rempli de terre sur la margelle étroite de ma fenêtre de cuisine.

Et il poussa. Il poussa vite, bien, plein de vigueur, sans la moindre attaque d'insecte, sans la moindre maladie infantile, content de se trouver en suspend en plein centre ville. Un costaud. Les feuilles apparaissaient, le tronc frêle s'épaississait, il fut changé une, deux, trois fois de pot jusqu'au jour ou il ne contînt plus sur le rebord de la fenêtre.

Madame S. eut la générosité (fort intéressée) d'accueillir l'adolescent exubérant sur sa grande terrasse. L'exposition plein sud, un contenant enfin à sa taille le firent exploser de vitalité. Là encore, il fut rempoté plusieurs fois, m'arrachant les reins à chaque opération. L'envahisseur étala ses branches, atteignit le plafond en quelques mois si bien qu'il en arriva à occuper une très grande place, empêchant son hôtesse de profiter pleinement de sa terrasse.

Il fut décidé de lui accorder son indépendance en le laissant vivre sa vie là ou était sa place : en pleine nature. Madame V., amie de madame S. avait un jardin et cherchait justement un néflier. Celle-ci vint le chercher avec une estafette dans un premier temps, mais l'estafette ne suffit pas à contenir le monstre et quelques jours plus tard, nous vîmes la fragile jeune femme au fin visage de porcelaine négocier comme un rien l'entrée problématique de la résidence de madame S. au volant d'un gros camion de déménagement.

Depuis, le néflier malingre qui grandît sur un petit rebord de fenêtre citadin s'épanouit généreusement quelque part à flanc de maquis dans un beau jardin sur la route de Cargèse.

Voilà, une petite histoire de nèfles, une petite histoire de rien, ou presque.

Rien, ou presque...

Commenter cet article

Mina. 28/11/2015 23:00

une ptite histoire bien sympa.. chez nous les nèfles sont mures j'en ai mangè dans une de mes balades ils y a quelques jours !

almanito 29/11/2015 07:49

Ce sont celles qui ont mûri au printemps dernier alors :)

polly 28/11/2015 22:15

Une clef absolument magique puisqu'elle ouvre les portes du bonheur au néflier.
Merci pour ce beau chapitre vivifiant.

almanito 28/11/2015 22:27

Si seulement cela pouvait être aussi simple pour les humains...

eMmA MessanA 28/11/2015 06:20

La clé du mystère est donc une belle histoire de Vie...

almanito 28/11/2015 07:06

Une histoire de nèfles :))

cathycat 27/11/2015 19:23

... et j'en déduis donc que les fleurs d'hier sont des fleurs de néflier ?

almanito 27/11/2015 19:39

Compliments :))

cathycat 27/11/2015 19:23

Un beau bébé qui n'a jamais eu aucun problème de croissance. Tu a su lui instiller ta vitalité... il ne s'y est pas trompé ! Le voilà promu au rang de géant admiré de tous, et grâce à qui hein ? Tu as les doigts verts c'est sûr...

almanito 27/11/2015 19:39

Ben oui, chuis trop forte!

Nanegrub 27/11/2015 13:41

Arbre de la liberté...que tu as chéri et que tu as su abanDONner en d'autres mains pour qu'il puisse grandir et s'épanouir pleinement...On dirait que tu parles d'un enfant. Comme d'hab, ton texte est superbe. MERCI !

almanito 27/11/2015 13:47

C'est lui qui se comportait comme tel, m'dame :))
Comme quoi d'une galère on peut aboutir à un petit bonheur;)

mélanite 27/11/2015 13:02

Oooh j'aime bien les histoires qui refleurissent !!! Emouvante cette trajectoire de vie arboricaracole ! On dirait un mouflet autour duquel s'affairent plusieurs mères dévouées, qui l'ont visiblement très bien "élevé" !! Et toi en mère "porteuse" tu peux être fière de ta progéniture !

almanito 27/11/2015 13:22

T'as vu, je fais du recyclage d'articles :))
Un peu que j'en suis fière. Maintenant j'ai 2 petits pins à placer, qui ont grandi pareil, sur le rebord de ma fenêtre. Avis aux amateurs!

emma 27/11/2015 12:57

il voulait vivre celui là, bravo

almanito 27/11/2015 13:24

Oui, lui et moi on a lutté ensemble :)

In the Mirror/Katia 07/04/2014 15:16

Je ne savais pas que le noyau du néflier était toxique, heureusement que tu en parles, j'aurai été capable de le croquer.
C'est un olivier que je voulais faire pousser dans mon jardin, il est resté une année mais le climat breton a eu raison de lui.
Aujourd'hui, j'ai retrouvé un pot au fond d'un tiroir avec des graines de ricin venant du Portugal, je vais les planter dans un pot et attendre le résultat mais je n'ai guère d'espoir ;))

In the Mirror/Katia 07/04/2014 19:17

C'est ce que je fais avec d'autres plantes mais dès que je rentre, elles ne tiennent pas longtemps :(

almanito 07/04/2014 16:33

Je ne crois pas avoir jamais vu de ricin, pas plus en graine que sous forme de plante.
Pourquoi ne pas essayer derrière une fenêtre ensoleillée (ou lumineuse le cas échéant;))
Ou alors, essayer de démarrer la plante quand tu vas au Portugal et la ramener ensuite déjà bien lancée...

brigitte 03/04/2014 20:12

( mon commentaire d'hier soir a été avalé !) je disais : "beaucoup de respect pour ce néflier , qui a trouvé une terre adoptive ."

almanito 03/04/2014 20:26

Mince mon blog serait-il un gros morfal!? oui, il voulait vraiment vivre le gaillard! respect à tout ce qui vit en fait.

silvie 03/04/2014 15:20

?? J'avais écrit beau

almanito 03/04/2014 16:21

:)))))))) il a bon dos mon ordi...

silvie 03/04/2014 16:17

VOUI :-)))) ce qui allait derrière "beau" était un soleil ( comme un smile) pour toi, mais ton ordi a fait barrage grrr ... Bon, j'vais prendre l'air :-)

almanito 03/04/2014 15:46

...euh....oui! ....il n'y a que toi et moi pour l'instant ici... y aurait-il un petit fantôme qui te ferait écrire "beau"????
ça va aller, Silvie, tu veux de l'aide? :))))

silvie 03/04/2014 15:19

:-) j'avais un wagon de retard et je lis la réponse ! Jamais gouté. Charmant ton récit, le néflier te dit merci ! Beau

Mina. 03/04/2014 08:34

Sympa cette histoire et le nèfle j'adore aussi ! moi j'emporte 2 figuiers depuis longtemps... mais là ils ont beaucoup pris d’ampleur aussi ...bonne journée

MARIE 03/04/2014 07:09

Une histoire qui me touche d'autant plus que, moi même je passe mon temps à faire pousser des orangers à partir de pépins... sans autre résultat que de voir pousser de belles plantes vertes et stériles et même si ça suffit à mon plaisir, j'envie vraiment (mais sans jalousie aucune !) le succès que tu as eu avec ce néflier !

almanito 03/04/2014 21:49

C'est peut-être le secret pour la réussite du pêcher mais comme toi, j'avoue que sacrifier une pêche ne me dit rien. J'ai un grand respect pour la nourriture et encore plus depuis que j'en ai manqué.
Les orangers devraient fonctionner à l'intérieur avec une bonne source de lumière (le roi soleil lui-même en faisait pousser à Versailles, tu devrais y arriver:)

MARIE 03/04/2014 21:36

Mon père avait fait poussé un péché dont il était très fier... mais il n'y avait pas mis que le noyau, il y avait mis toute la pêche au grand damne de toute la maisonnée qui voyait partir là une pêche superbe, mais mon père ne connaissait pas la demie mesure, c'était tout ou rien !

Quand à mes orangers, il faut bien reconnaitre que le climat de chez moi ne s'y prête guère...

almanito 03/04/2014 07:16

Je crois qu'au bout d'un moment il faut les greffer mais je n'en suis jamais arrivée à ce stade.
C'est assez facile dans un climat chaud et humide de faire pousser ce que l'on veut. Par contre, je ne suis jamais arrivée à faire germer un noyau de plaqueminier ni de pêcher.

telos 03/04/2014 06:47

une jolie histoire de vie

almanito 03/04/2014 06:53

Merci Telos

CathyRose 03/04/2014 06:20

Il n'y a rien de mieux que de faire pousser les plantes ... ou les arbres, soi-même ! Mais petit arbre deviendra grand ... c'est si mieux dans la nature ! Je n'ai jamais mangé de nèfles, et je ne savais pas que c'était si bon ... à découvrir !
Très belle journée !
Grosses bises
Cathy

almanito 03/04/2014 06:41

Je me doutais bien que tu ne dirai pas le contraire ;)!
Ce sont des fruits qui se consomment un peu blets, il faut attendre quelques jours après la cueillette, c'est pour cela qu'ils sont peu appétissants.
Bonne journée à toi Cathy

Jackie 03/04/2014 06:09

Une bien belle histoire pour cet arbre qui a trouvé la liberté...
Bonne et belle journée

almanito 03/04/2014 06:15

J'ai tout de même un pincement au coeur quand je vois partir mes protégés!

tardlesoir 02/04/2014 21:55

Les arbres aussi ont de belles histoires à raconter, comment on les sauva, on les ramena, on les adopta puis on leur laissa prendre leur essor....

almanito 02/04/2014 23:13

J'ai même des demandes de personnes qui veulent que je leur fasse pousser des arbres. Si j'avais la place... j'en ferais bien un job!

tardlesoir 02/04/2014 23:01

Oui, c'est très réconfortant de voir grandir des plantes qu'on a récupérées soi-même...

almanito 02/04/2014 22:09

Les plantes que l'on achète toutes faites dans le commerce m'ennuient, je préfère avoir le plaisir de les voir pousser surtout ici ou cela va assez vite. J'ai aussi une petite vigne issue des coupes de février 2008! bien des histoires oui....

Carole 02/04/2014 20:50

A partir de presque rien, on obtient souvent beaucoup... si l'attention et l'amitié s'en mêlent, bien sûr. Mais ce n'est pas madame S. qui me contredira...

almanito 02/04/2014 21:03

Je vais te dire, madame S. a beaucoup de chance, elle a aussi un myrte que j'ai fait pousser à ma fenêtre et bientôt deux petits pins maritimes et plusieurs orangers. A nous deux on finira par repeupler les forêts!

PARADISALIA 02/04/2014 20:30

Voilà donc le fruit en question !!! Un retour à l'état naturel qui ne lui sera que bénéfique la preuve... Bises et le bonjour à ces dames...Bonne soirée Almanitoo

almanito 02/04/2014 20:33

Oui, un de ces jours je mettrai une photo d'avocats sur l'arbre rien que pour toi!

Anne-Marie 02/04/2014 18:58

Chouette, une copine pour Madame S, dont tu ne manqueras pas, je l'espère, de nous raconter les aventures.
Et merci pour la fraîcheur revigorante de ce texte plein d'humour.... et de botanique! ( je déserte l'ordi quelques jours, je pars demain en Bretagne!)

almanito 02/04/2014 19:02

Je ne me permettrais pas, je ne connais pas assez madame V. qui est pourtant une personne adorable que j'aime beaucoup.
Rapporte de beaux textes et des photos alors et repose toi bien.