La baignade des martinets

Publié le par almanito

L'équipage instable arrivait, un peu brinquebalant, à petit pas mesurés.

Un homme tenait d'une main une très vieille dame, de l'autre un petit chien sans marque précise qui tirait obstinément sur sa laisse. Une fois passés devant l'espace des balançoires colorées réservées aux enfants, ils traversaient la grande place des joueurs de boules pour atteindre, tout au fond, un banc de pierre sous les pins.

L'homme installait la vieille dame, lui donnait une petite tape protectrice sur l'épaule et poursuivait son chemin vers la ville.

Il n'était guère plus de 6 heures du matin. Un homme, que l'on appelait "le fou" sortait alors de sa voiture garée près du trottoir où il avait dormi, s'étirait, regardait autour de lui, ravi du soleil et du monde qui s'éveillait doucement et filait en chantant à tue-tête piquer une tête dans l'eau qui bordait la place. il en ressortait rapidement, s'ébrouait comme un chien joyeux et tirait du coffre de sa voiture un tee-shirt propre qu'il enfilait.

De multiples cicatrices ourlant son crâne apparaissaient, là ou les cheveux n'avaient pas repoussé, vestiges d'accident ou d'opération, on ne savait pas. En gestes désordonnés, poussant de petits cris aigus assez inquiétants pour qui ne le connaissait pas, il entamait une séance de gymnastique saccadée, puis un long monologue sans signification.

La vieille observait le rituel depuis son banc, semblant parfois s'endormir. Elle était belle, dorée et sereine comme le sont souvent les gens de la campagne à la fin d'une longue vie au soleil. Enfin, le "fou" arrêtait ses gesticulation et se figeait face à elle.

Un long hurlement signalait le départ d'un autre rituel, celui que la vieille dame attendait, celui pour lequel elle avait si longtemps et si péniblement marché dans la poussière d'été.

Le "fou" se dirigeait alors vers la fontaine muni d'un grand seau qu'il remplissait d'eau claire, puis revenait, titubant sous le poids, zigzaguant à sa fantaisie pour en déverser le contenu dans une ornière creusée sur le chemin de terre battue.

Une vingtaine de martinets piaillant surgissait alors tels des flèches bruyantes, survolaient la marre et finissaient dans l'eau, joyeux et chahuteurs. La vieille dame se redressait, ses yeux rieurs allaient des oiseaux à ceux du" fou", qui, tapait des mains et hurlait de joie en la voyant sourire.

Et puis un jour la voiture garée le long du trottoir disparut et l'on ne revit plus jamais ni vieille dame, ni martinet sur la place vers 6 heures du matin...

La baignade des martinets

Commenter cet article

cathycat 13/07/2014 21:38

J'adore ta façon de raconter !...

almanito 13/07/2014 22:00

Toi! T'es trop gentille!
Merci Cathycat

sereine 14/06/2014 23:54

Un chien sans marque !!! Les sacs à main ont des marques, les chiens des races !!!!

almanito 15/06/2014 06:57

Un peu d'humour Sereine! c'était voulu.

Mina. 13/06/2014 18:42

Elle est belle celle !!! on ne sait ou ils sont partis mais j'ai aimé...merci Alma bonne soirée

almanito 13/06/2014 18:52

Merci Mina:)
Bonne soirée à toi aussi!

Jane 13/06/2014 06:18

J'aime beaucoup très belle histoire toute en émotion ! Super !

Si vous le désirez, j'aimerais vous invitez dans mon univers:

http://merveillespoetiques.forumperso.com/

Cela me ferait vraiment très plaisir de vous accueillir ?
En espérant votre venue, mes amitié, Jane

almanito 13/06/2014 07:29

Merci pour cette gentille invitation, Jane, je vous promets de venir faire un tour.

dominique 12/06/2014 13:05

quel plaisir de lire ce billet. j'aime beaucoup. Rempli de cette humanité que j'aime. Merci

almanito 12/06/2014 13:19

Merci Dominique

jackie 12/06/2014 06:50

Une si belle histoire.!!..
Merci
Douce et belle journée

almanito 12/06/2014 07:10

Merci jackie

CathyRose 12/06/2014 05:50

C'est une bien jolie histoire Alma que cette complicité de ces deux êtres ... une âgée, l'autre un peu "fou" avec la nature ! Une jolie tranche de vie qui forcément devait avoir une fin un jour ou l'autre ...
Très belle journée !
Grosses bises
Cathy

almanito 12/06/2014 12:47

Pfutt, elle va trouver un ppétexte avant Marseille pour te faire ramer, je la connais!

CathyRose 12/06/2014 06:15

Ben oui ... je me demande pourquoi ça passe mal des fois !!! Mais t'inquiète ... je reprends les rames vers Marseille ... !!!!

almanito 12/06/2014 06:12

Si je comprends bien, tu as emporté ton ordi sur la barque et tu t'amuses pendant que Katia rame...bravo!

PARADISALIA 11/06/2014 21:09

Un bout de vie tout en tendresse qui nous fait monter un sourire aux lèvres même si la chute est forcément évidente...Tu es une magicienne qui nous conte de belles histoires...Bises Almanitoo

almanito 11/06/2014 21:22

Oui, mais j'ai pas de chapeau pour faire apparaitre les petits lapins...:))
Merci Paradisalia

Louv' 11/06/2014 20:30

Comme j'aurais voulu assister à ce spectacle ! Mais en te lisant, on s'y croit. Merci Alma.

almanito 11/06/2014 21:20

Les oiseaux cherchent les points d'eau pure ici lorsqu'il fait chaud. Pour eux comme pour nous, une aubaine, cette ornière!
Merci Louv'

In the Mirror/Katia 11/06/2014 20:04

Belle complicité de ces deux êtres envers la nature !...
Je ne m'attendais pas à cette issue, je confirme, tu as beaucoup de talent :)

almanito 11/06/2014 21:18

Tu me diras combien je te dois;) tu préfères en fin de mois ou à chaque commentaire?

brigitte 11/06/2014 19:40

j'adore ces oiseaux saisonniers , hirondelles ou martinets ,et leurs ballets du soir au dessus des toits des villes ! leur présence est un rappel à la nature .....

almanito 11/06/2014 20:02

Il y en a des centaines qui tournent dans mon quartier, c'est vrai que c'est sympa et très spectaculaire mais il faut fermer les fenêtres à l'heure de la sieste: ils sont assourdissants et l'heure de la sieste, c'est sacré!

Anne-Marie 11/06/2014 19:05

Mais moi, je ne plaisante pas et j'espère que tu stockes précieusement ce que tu écris...!

almanito 11/06/2014 19:07

Bien sûr, tu vas rire: je fais confiance à OB pour ça!

Anne-Marie 11/06/2014 18:56

Tu as de bien belles histoires "en magasin", et, ce qui ne gâche rien, le talent pour les raconter!

almanito 11/06/2014 19:00

Bref, que du talent! je plaisante naturellement!!!

tardlesoir 11/06/2014 18:26

Quelle jolie histoire avec une chute si inattendue : je ne parle pas de la disparition totale de l'événement puisque tout, hélas, a une fin, mais de cette heure, si attendue, du bain des martinets!

almanito 11/06/2014 18:31

Je trouve que c'est ça, vivre: se déplacer à une heure impossible pour voir un spectacle tout simple, si ordinaire en fait.