La belle histoire

Publié le par almanito

Le 25 avril 1960, tout près des Monts Kebnekaise survolés par Nils Holgersson lui-même, naissait une petite blonde de porcelaine rose avec de grands yeux couleur du ciel suédois, lumineux et pâles. On la nomma Ylva.

Le même jour, presque à la même heure, dans un petit village en bordure du golfe de Corinthe, la fête battait son plein chez Théo Kastonis pour l'arrivée de son premier fils Yannis, petit costaud brun et bouclé au regard aussi sombre que les olives.

Deux enfants superbes, si différents l'un de l'autre, ayant vu le jour dans des contrées si opposées,l'une de froid et de neige, l'autre de soleil et de terre aride, si éloignées et si dissemblables.

Or, pour ses vingt ans, Ylva se vit offrir par sa généreuse famille, un séjour d'un mois à Paris, tandis qu'en ce même printemps, Yannis débarquait gare de Lyon, harnaché de son sac à dos de globe-trotter.

Et ils avaient tout pour se rencontrer, ces deux-là. Ils avaient tout pour que leurs regards se croisent tout en haut de la Tour Eiffel ou sur un bateau-mouche.

Toutes les circonstances étaient réunies pour qu'ensemble ils cheminent le long des quais, main dans la main, pour qu'ils montent deux par deux, les marches de Montmartre et que Yannis offre à sa bien-aimée un verre au Lapin Agile, ou un dîner en tête à tête chez son cousin -restaurateur- à -Montparnasse.

Flâneries romantiques dans l'une des plus belles villes du monde pour ces amoureux, ces presque jumeaux que le hasard et leur jeunesse rassemblaient. Quelques pas de danse dans une guinguette à l'ancienne, près du canal saint Martin, les bancs des Buttes Chaumont pour se chuchoter des mots doux sous un réverbère, la lumière aussi légère que leurs coeurs en émoi sur les ponts surplombant Notre-Dame, la Seine et ses poèmes...

Paris, Paris...

Seulement voilà:

Tout cela n'eut jamais lieu!!!

Comme vous y allez! Cette histoire n'existe pas, car voyez-vous, Cupidon est un grand paresseux. C'est un p'tit gars un peu étourdi qui s'en fout et qui tire ses flèches un peu n'importe comment, rate souvent ses cibles et autant vous le dire, ne déplace que très rarement son gros derrière pour aller chercher si loin et réunir des Ilva et des Yannis.

Cupidon? un vrai tire au flanc!

C'est comme ça.

La belle histoire

Commenter cet article

cathycat 20/09/2014 19:23

Allez Cupidon ! trois heures de colle !!!

almanito 20/09/2014 19:28

Et bonnet d'âne!

Hervé MARTIN 20/09/2014 19:00

J'adore !
C'est frais, vif, impertinent : un talent littéraire très original...
Merci Alma

almanito 20/09/2014 21:50

Là je suis d'accord, merci de ta gentillesse Hervé.

Hervé MARTIN 20/09/2014 21:27

Je ne suis pas critique littéraire !
J'aime tes peintures impressionnistes et ta plume trempée dans l'encre de la sincérité...
Tu oses, tu prends des risques et tu mérites d'être encouragée, dans cette vie là : laissons l'autre (vie) de côté !
Bien sûr, comme chacun(e), tu peux progresser, et poursuivre ton évolution : ton chemin se fait en écrivant...

almanito 20/09/2014 19:04

Oh Hervé, si tu savais: j'en ai presque honte de ce texte, alors le talent littéraire...
dans une autre vie, peut-être...

Cléanthe 20/09/2014 13:56

Voilà une belle histoire avec un happy end intéressant. Il est parfois nécessaire d'être optimiste et d'admettre enfin que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on ne peut écrire parce que ce sont celles qui n'ont jamais eu lieu. (Sauf dans cette Espagne céleste où rêvent les châteaux suspendus aux nuages)

almanito 20/09/2014 16:51

Quelle chance! A la réflexion, j'aurais dû m'en douter en lisant vos poèmes si forts et si imagés;)

cléanthe 20/09/2014 16:40

Nous sommes tous des châtelains espagnols, des hidalgo qui percent les brumes de leur épée de vent-))
PS : j'ai de grandes propriétés de ce genre, du côté de la Mancha...

almanito 20/09/2014 15:01

Mais heureusement que ces rêves existent, ce sont bien eux qui nous aident à vivre et sont finalement bien réels.
Merci Cléanthe

Legros J-C 20/09/2014 09:33

Surtout ne pas oublier que dans "Cupidon" existe "cupide", mot qui vient du sanscrit "kupyati: il bouillonne". Ce sens s'est perdu progressivement. On n'a retenu que l'aspect péjoratif: "avide de richesses". Comme quoi l'amour n'est jamais gratuit, quoi qu'on dise! Dans l'argot du 19è siècle, un cupidon était un chiffonnier, car il transperçait les vêtements ramassés avec un crochet tout comme Cupidon transperçait les coeurs avec ses flèches. Si l'amour paralyse... les flèches étaient-elles enduites d'un poison tétanisant? Quant à Ilva et Yannis, qu'on ne s'y trompe pas: ils vivent maintenant dans un château en Espagne.

almanito 20/09/2014 09:48

Ah ça, c'est drôle, cette histoire de chiffonniers, je ne savais pas, mais vous, vous en savez des choses rhoooo!

PARADISALIA 20/09/2014 08:53

Il a pourtant une bonne bouille !!! Mais c'est vrai, ses flèches sont parfois volages...Bises Almanitoo et bon weekend

almanito 20/09/2014 09:24

J'ai vu cela dans ton billet de ce matin;)
Bon weekend à toi

Elsaxelle 20/09/2014 07:39

Ah ça c'est bien vrai... par chez moi Cupidon est en pré-retraite depuis longtemps :-)

almanito 20/09/2014 08:41

Attends un peu, y en a un qui arrive qui n'a rien d'un Cupidon et qui compte bien nous les balayer, nos pré-retraites;)

CathyRose 20/09/2014 07:22

Oh c'est dommage, j'imaginais déjà la fin ... ils vécurent heureux et eurent de beaux enfants !!! Monsieur Cupidon ça ne va pas du tout, tu n'es pas payé à faire n'importe quoi ! Merci pour ce joli moment Alma !
Excellent week-end !
Grosses bises
Cathy

almanito 20/09/2014 08:42

Ben oui, zut alors!
Bonne journée Cathy

Coumarine 19/09/2014 22:01

bon, maintenant, faudra raconter la VRAIE histoire...
Celle qui commence par: Il était une fois...

almanito 19/09/2014 22:07

Celle -là, je ne sais pas la raconter :)

Michèle 19/09/2014 18:59

Maintenant, je sais contre qui porter plainte!

almanito 19/09/2014 20:10

Oui.

Michèle F. 19/09/2014 19:28

La peste arrive et le choléra revient....

almanito 19/09/2014 19:02

Te fatigue pas, il s'en sort toujours avec un non-lieu.
Comme d'autres, qui reviennent...

Pascale MD 19/09/2014 18:47

Alors là, je suis déçue par Cupidon. Un tire au flanc, un paresseux, un jemenfoutiste !
Je comprends aussi pourquoi certains sont si mal assortis si quand il tire ses flêches il le fait n'importe comment !
Cupidon, c'est fini, je ne t'aime plus !
Bise à toi et bonne soirée

almanito 19/09/2014 19:03

Une réputation très surfaite en réalité!