Puzzle de mots

Publié le par almanito

Les cordonnets du petit sac de cotonnade duveteuse avaient glissé entre mes doigts impatients et telle un diamantaire, je contemplai la myriade de petites mosaïques de bois polychromé qui s'étaient éparpillées sur la table dans un frou-frou mat.
Un peu hésitante, je farfouillai vaguement en essayant de regrouper les couleurs. Je divaguais un peu, tentant déjà de discerner à travers la marqueterie disséminée quelle serait l'image définitive.
J'empilais, amoncelais, triais, peu convaincue.

Devant moi, s'étalait un monde qui se voulait sans doute beau, peut-être même idéal. A moi d'en articuler les charnières, d'équilibrer les pivots et d'huiler les gonds de façon logique. Je cherchais mes mots, les pièces maîtresses de la structure dont j'ignorais encore la forme et la tonalité.
Un peu perdue, j'improvisai: le bleu en haut, voilà. Faire le ciel. Je me repris aussitôt. Pourquoi ce ciel serait il nécessairement bleu? Et tout d'abord, pourquoi, par dieu sait quel préjugé simpliste, avais je décidé qu'un azur éthéré entrerait forcément dans un récit qui n'existait pas? Par quelle aberration de l'esprit croit on que le bleu est forcément en haut, le vert au centre et les ténèbres encore plus bas? Pourquoi ne pas profiter d'un espace de liberté dont la voûte avait toute raison d'être pourpre, safran ou même anthracite?... Et tant qu'on y était, les trois à la fois.

Les phrases se précipitaient pêle-mêle, bancales, confuses, les pièces s'embrouillaient sous mes yeux, refusant de s'emboîter. La trame, pensai- je en reprenant mes esprits. Commencer par les coins puis faire un cadre. Un cadre?! S'exclama en pouffant une petite voix malfaisante près de moi. J'étais désarçonnée mais en effet, l'idée du cadre me déprimait tout en me compliquant singulièrement la vie. La page blanche a t-elle ses limites, le tableau d'un maître ne laisse t-il pas toute liberté à son créateur et ensuite à ses visiteurs? Réfléchir à l'évasion du prisonnier, l'aider un peu... en douce. Tricher sans vergogne, arrondir des angles, en creuser d'autres, plus vifs... je reluquai le puzzle avec un soupçon de culpabilité, mais la tentation était là, impérative. Armée d'une lime, je rabotai précautionneusement les petites pièces une à une, les retaillai à ma mesure, leur donnai la forme tarabiscotée de mes élucubrations. La page se noircissait de mots certainement mal choisis, trop abondants, mais la mosaïque prenait forme dans une curieuse illusion d'optique. J'amorçai frénétiquement un échafaudage brinquebalant, tremblant qu'au prochain ajout le bel ensemble ne s'effondrât dans le vide. J'improvisais à tire-larigot, combinais des possibilités aventureuses et le puzzle débordait, s'échappait comme un fleuve entre les meubles. Je jubilais, les yeux brillants et le rouge aux joues quand sous mes doigts la carcasse trembla soudain, vacilla et s'écroula en grinçant sur une page alourdie d'encre, raturée et couverte de pâtés noirs.

Je filai à la cuisine me tartiner une tranche de pain frais de miel.

Puzzle de mots

Commenter cet article

christine 19/11/2014 08:43

Quelle bouleversante ecriture...
Belle journée

cathycat 04/11/2014 19:17

Les puzzles ! quel casse-tête. J'aurais tendance aussi à commencer par les coins et mettre le bleu en haut... et à ne jamais finir. Je n'ai absolument aucune qualité et aucune patience pour ce genre d'exercice. Je suis d'autant plus ébahie de ce que tu en as fait ! Parce que le puzzle est pour moi quelque chose de figé (il y en a même qui les collent une fois terminés...) alors que toi tu t'es attaquée à chaque pièce pour la façonner à ta guise... une belle transgression suivi par une autre plus gourmande... la tartine !!! tu nous fais tous saliver !!!! :-))

almanito 04/11/2014 19:42

S'il faut refaire la Révolution pour ça, on la refera;)

cathycat 04/11/2014 19:36

Moui c'est vrai d'ailleurs ! tu as raison !!!

almanito 04/11/2014 19:20

Aucune transgression dans la tartine, c'est un droit fondamental, madame! :))

Mina. 03/11/2014 09:16

Heureusement la tartine est là ...merci pour cette petite évasion ce matin (pour moi ce matin) bonne journée Alma

almanito 03/11/2014 09:19

Bon appétit Mina!

jackie 31/10/2014 08:25

J'aime quand un texte ou un tableau laissent place à l'imaginaire du lecteur…
Bel assemblage de mots Texte très agréable à lire…en dégustant une tartine de l
miel
Bon week end Alma

almanito 31/10/2014 08:52

Ah oui, sans la tartine on ne peut rien envisager de sérieux et de constructif:)
Merci Jackie, bon we à toi

alixe 31/10/2014 07:30

Bonjour les mots mis bout à bout dans ce cadre qu'est une vie finissent par faire ( parfois ) une jolie vie mais il faut savoir ou vouloir choisir les bons mots.
bon vendredi
alixe

almanito 31/10/2014 08:32

...Et déborder du cadre aussi, i on parle de celui de l'écriture bien sûr.

Carole 30/10/2014 21:51

Tu vois l'écriture comme un puzzle... peut-être, puisque chaque texte est d'abord une énigme, pour celui qui l'écrit, sans bien savoir où il ira. Et qu' une fois le puzzle achevé, on est toujours tenté de tout casser pour recommencer.

almanito 30/10/2014 21:58

C'est exactement cela, on ne sait pas où l'on va lorsqu'on commence un texte. Je pensais que j'étais la seule à ressentir cela du fait de mon inexpérience mais ton commentaire me prouve le contraire. Pour ce qui est de tout casser, oh que oui, aussi!

Loïc Roussain 30/10/2014 09:00

Très méticuleux comme une marqueterie, puis vient la folie (douce), et ... belle chute, dans le miel !

almanito 30/10/2014 17:16

Non, non, Jicé, je suis persuadée que les deux vous vont très bien.

JC Legros 30/10/2014 16:14

Demande de précision: lorsque, en commentaire, vous écrivez "quant aux pyjamas, je compatis". Cette phrase est bien sibylline. Vous compatissez à la douleur lancinante du choix tant les deux motifs se valent en laideur ou, au contraire? Pardonnez-moi d'immiscer mon blog dans le vôtre: vos lectrices et lecteurs ne vont rien comprendre à cette histoire de pyjama... On va leur dire, en clin d'oeil, qu'ils doivent dormir nus!

almanito 30/10/2014 12:36

Le miel a la propriété de remettre les esprits en place, heureusement. Ouf!

JC Legros 30/10/2014 08:27

Pour le puzzle, lire "L'ironie du sort" de Didier da Silva (Ed. L'arbre vengeur).
Et la croûte de la tartine s'accroche à la mie comme le tartre à l'amie (ou l'ennemie) qu'est la page blanche! Beau texte qui met le doigt dans l'engrenage des mots...qui nous aspirent.

CathyRose 29/10/2014 21:45

La vie en elle même est un immense puzzle, et pas facile souvent de faire coïncider les morceaux entre eux ! alors parfois quand on a du mal, que rien à faire ça ne veut pas inutile d'insister ... tartine au miel ou pour moi à la confiture ou au nutella !
Belle soirée, bisous !
Cathy

almanito 29/10/2014 21:54

T'as raison Cathy, tout est dans la tartine, allez j'ajoute une petite tapenade à l'ail sur la mienne!
Bonne soirée Cathy

Hervé MARTIN 29/10/2014 20:53

Tous les créateurs picoreront tes mots avec délectations, se sentiront moins seuls...
Pas de fausse modestie, tu es une magicienne, qui mérite de beaux compliments !
Encouragements Alma : tous tes textes ont un beau tempérament, toujours la même tonalité, mais tous si différents...
Amitiés

almanito 29/10/2014 20:54

Ne reste plus qu'à dire merci au monsieur.
Merci Hervé;)

Louv' 29/10/2014 20:27

Mouais. Tout est puzzle. Les mots, les couleurs, les pièces, les tranches de vie....J"y vois une frénésie soudaine et le constat désopilant que rien n'est aisé...
Quoiqu'il en soit, c'est magistralement écrit !

almanito 29/10/2014 20:41

Je vois, merci d'être revenue:)

Louv' 29/10/2014 20:34

"frénésie soudaine" car parfois on se sent submergé de pièces de puzzle et il faut absolument bien les placer, les mettre en ordre....vite !
Mais tu as raison, une tartine au miel, ça remet les idées en place :)

almanito 29/10/2014 20:30

Merci Louv' (contente de retrouver "Louv'") pourquoi frénésie soudaine?
Je vais te dire y a qu'un truc qui marche dans la vie: la tartine :)

PARADISALIA 29/10/2014 20:19

Un méli-mélo de mots bien agencé !!! Alors la tartine de miel ??? Tu sais abusée que de bonnes choses...Belle soirée Almanitoo Bises

almanito 29/10/2014 20:20

La tartine de miel du maquis? inénarrable!

In the Mirror/Katia 29/10/2014 19:43

Efficace la tartine de pain frais au miel, ton texte est bien agréable à lire.
Merci alma ...
Une chanson de Léo Ferré "Des mots" me vient à l’esprit en lisant ton texte ...
Je cite :
"Des mots
Qui t´envahiraient comme la lumière
Des mots
Qui montent de la terre
Comme des violons tristes
Sous un avion fidèle
Des mots..."

"Des mots
Qui t´envahiraient comme mon absence
Des mots
Qui montent du silence
Comme des violons tristes
Sous une main fidèle
Des mots..."

"Des mots
Qui t´envahiraient comme la folie
Des mots
Qui montent de la vie
Comme la raison triste
Dans ta tête fidèle
Des mots..."

"Des mots
Qui t´envahiraient comme la détresse
Des mots
Qui montent de l´ivresse
Comme les choses tristes
Sous le destin fidèle
Des mots..."

almanito 29/10/2014 20:18

Moi aussi. Le texte de Michèle est très beau.

In the Mirror/Katia 29/10/2014 20:10

Désolée c'est un peu triste mais je pense à ce jeune garçon :(

almanito 29/10/2014 19:49

C'est beau, Katia, très beau.
Bien trop beau pour mon petit texte!
Merci.

Michèle F. 29/10/2014 19:34

Très joli texte! Drôle! Et plein d'à propos quant à la composition d'un tableau.

almanito 29/10/2014 19:39

...ou d'un texte...
Merci Michèle

Pascale MD 29/10/2014 19:05

Ouh là là, mais c'est compliqué tout cela.
Je te propose un truc, une grosse aiguille, un fil, et tu les perces pour faire un rideau anti-mouche.
Comme ça, pas de souci, tu te fiches bien du cadre et de là ou doit se trouver le ciel ;-)
Je te souhaite une belle fin de soirée

almanito 29/10/2014 19:23

Je vois, tu as peur que j'en gobe une, de mouche:))
Bonne soirée à toi Pascale