Rafale, Nine, Balto.... et les autres

Publié le par almanito

Nous rentrions de balade, une amie et moi, accompagnées de nos chiennes fourbues et de Balto, un Loubard des rues de marque indéfinie,brun de poils et pilier des bars à saucisses, tapas et autres pizzas qui de temps à autre abandonne ses divagations urbaines pour nous suivre et respirer un autre air que celui émanant des égouts, dans le maquis.

Une dame juchée sur de hauts talons arrivait en face, précédée d'un luxueux attelage composé de deux touffes de poils plus blancs que blancs retenus par deux laisses, l' une rose pour la "fifille", l'autre bleue pour le "narçon", cela va de soi.

A notre approche, Chiara et Prince furent happés dans les airs pour atterrir dans les bras protecteurs de leur "maman" qui nous toisa.

"N'ayez pas peur, ils sont gentils" dit gentiment mon amie, "et puis ils ont déjà goûté" ajoutai-je, histoire de lui filer un frisson d'horreur rétrospectif. Les petits chiens glapissaient de rage et montraient les crocs une fois hors de portée de nos terreurs, qui, il faut bien l'avouer, ne fleuraient pas le patchouli.

Il est vrai que notre équipe faisait tache à côté de ces pauvres choses de salon ridiculisées dans leurs déguisements d' enfants gâtés: jupette à volants roses et marinière (made in France? allez savoir!) Rafale, qui a l'origine, si, si on en a la preuve sur les photos, était d'un blanc aussi pur que les deux autres, chaussée de bottines noirâtres après un joyeux passage dans un fossé rempli d'eau plus que douteuse, Balto plus poussiéreux qu'une vielle carpette et Nine dégoulinante et ensablée, qui ne sait terminer une promenade sans baignade.... sans parler de nous, baskets éculées et cheveux ébouriffés. Je notais au passage le goût du détail chez l'élégante: le corsage assorti à la jupette de Chiara adorée. Mazette!

Je n'en revenais pas, mais je n'étais pas au bout de mes surprises. La dame pénétra dans une boutique à la quelle je n'avais jusqu'alors jamais prêté attention: "Le magasin du chien heureux" !!! "Pour vous consoler, mes amours" dit-elle. En vitrine, des colliers couleur layette, des vêtements (même des joggings!) et des joujoux.. plein de joujoux. Elle en ressortit après avoir acheté deux peluches, une rose pour Chiara, une bleue pour Prince. Normal. Dans moins d'une heure, ces peluches que des enfants démunis n'auront jamais, seront déchirées, arrachées, démantelées comme de vieux chiffons.

Consoler, vraiment?

Nous partons, mon amie et moi, un peu écoeurées, songeant à l'arrière de nos voitures remplies des trésors rapportés des promenades par nos chiens trop malheureux: bois flotté, pommes de pins, branchages, bouts de bois... des trésors de vrais chiens qui, si nous les aimons, gardent leurs places et leurs vies... de chiens.

Rafale, Nine, Balto.... et les autres

Commenter cet article

cathycat 12/10/2014 21:25

Hi hi ! un vrai choc des cultures et il n'y a que nous humains pour nous en affoler (oui, je suis d'accord, affubler ces pauvres bêtes comme des humains est d'une bêtise insondable et doit coûter au moins aussi cher que le psy). Les chiens pour leur part ne montrent qu'indifférence en envers ces déviances et je suis sûre que mémère aurait déposé des peluches, les tiens seraient allés sans façon les saluer et leur sentir le derrière, celui-ci eût il senti la lavande... :-)
Ton récit m'a bien amusée... :-)

almanito 12/10/2014 21:45

Tiens il faudra que je demande à Nine ce qu'elle en pense, si ces derrières là sentent la lavande, j'avoue que je suis curieuse de cela:)))

cleanthe 05/10/2014 18:22

Faut présenter la Dadame à Monsieur D, en organisant une petite boum sur le yacht "Why Not". On pourrait confier l'organisation des choses à la femme de ménage de la voisine d'en face.
Comme ça, on f'rait une gentille petite famille et pour finir Monsieur D sera heureux de divorcer sa Dadame pour épouser la femme d'ouvrage d'en face. J'aime bien les rencontres, comme ça, ça crée des liens, les gens heureux. Wouf!

almanito 05/10/2014 19:20

Merci Cléanthe, ça me plaît bien tout ça, c'est très drôle.
Vous me donnez l'idée de réunir certains de mes personnages dans un nouveau billet mais je ne sais pas si tous mes lecteurs auront autant de mémoire que vous pour se souvenir de chacun d'eux.
Bon, je vais y penser!

Joseph Guégan 02/10/2014 15:16

Heureusement que le ridicule ne tue pas.
Bravo pour ton article.

almanito 02/10/2014 16:31

Merci Joseph, heureusement, il y aurait une hécatombe de victimes:)

PARADISALIA 02/10/2014 09:14

Certaines personnes deviennent " gaga" avec leurs animaux domestiques !!! On peut aimer les bêtes mais elles doivent en effet rester à leur place !!! Je suis tombée sur un reportage une fois où la vie des chiens (ou des chats d'ailleurs !!!) ressemblait à un conte de fée !!! Impressionnant de voir combien le gens peuvent être ridicules à vouloir se procurer les derniers joujous à la mode !!! C'est écoeurant, en fait !!! Bises Almanitoo

almanito 02/10/2014 12:48

Ecoeurant, oui, vraiment. Je crois que tout le monde est d'accord là-dessus. Ou presque;)
Bonne journée Paradisalia

JC Legros 02/10/2014 07:06

Il s'appelait Kiki le bichon blanc des voisins de mes parents. Il ne sortait jamais, sauf pour le besoin matinal et l'autre, plus conséquent, vespéral. Il faisait quotidiennement 50 mètres aller- retour, jusqu'à l'arbre du bout de la rue, toujours tenu en laisse. Le seul ennui, c'est qu'il mordait tous les mollets qui passaient à proximité, et toujours par derrière. Sa maman et son papa (oui, c'est ainsi qu'ils se nommaient eux-mêmes) décidèrent qu'une psychothérapie s'imposait. La seule clinique possible se trouvait à Bordeaux ( à près de 1000 kms de Verviers). Une semaine: 200 euros/jour. Plus l'hôtel des père et mère + le trajet. Je laisse calculer. Ils revinrent. Tout se passa bien pendant un mois, à peu près...puis Kiki recommença à montrer et enfoncer ses crocs. Mon père, ce fin psychologue, leur proposa sa solution, bien que l'entente avec ses voisins ne fût pas des plus cordiales, arguant du fait qu'il avait eu beaucoup de chiens et les avait éduqués, ce qui était vrai. "Donnez-le-moi un jour et il ne recommencera plus jamais". Ils acceptèrent, avec réticence. Mon père s'en alla avec le chien, plus loin que l'arbre, dans le pré. Il lâcha la laisse. Le chien, tout fou, mordit mon père au mollet qui, vivement, lui attrapa la queue et le fit tourner quatre ou cinq fois, comme une toupie. De ce jour, il n'a plus mordu personne. JC

nanegrub 04/10/2014 01:53

À JC Legros : pourquoi votre père n'a-t-il pas fait subir le même traitement aux "parents" de Kiki ? ça leur aurait peut-être aussi remis les idées en place, qui sait ...

Ton billet, Almanito, m'a fait penser aux gosses que certains parents empêchent aussi de jouer avec de simples bouts de bois, aux gosses qui ne doivent pas se salir...eux aussi n'ont pas de chance...

almanito 02/10/2014 07:22

Tout simplement. Un chien, ça s'éduque, peut-être de façon plus douce (vous allez vous faire des amis:) avec cette histoire de chien qui tournoie dans les airs ) mais c'était peut-être "papa et maman" qui avaient besoin d'une psychothérapie...

MD 02/10/2014 07:06

Il faudrait appeler Brigitte Bardot ; ces pauvres toutous-doudous obligés de subir de telles humiliations ! Ils finiront chez le psy pour chiens, c'est sûr ! Pfff...

almanito 02/10/2014 12:50

BB n'a pas fait que du bien dans ses combats mais bon...
Je crois que tout est là, ce sont les maîtres qui ont des soucis et qu'il faudrait envoyer chez le psy.

CathyRose 02/10/2014 05:56

Ça me laisse songeuse en effet ...! Je trouve ces chiens ridicules, et le pire c'est que ces " petits chiens à leur mémère " comme je les appelle drainent un véritable business !!!
Très belle journée Alma, bisous !
Cathy

almanito 02/10/2014 06:34

Comme dit Katia, on ne sait plus s'il faut rire ou pleurer, merci Cathy

sereine 01/10/2014 23:04

Et bien je vois que mon article t'a inspiré.
J'espère que tu es passé à la poste pour que les pauvres enfants sans peluches puissent enfin en avoir. Heureusement qu'il reste des gens à l'intelligence fine comme dit Oshiro.

almanito 01/10/2014 23:33

Mes lecteurs apprécieront que tu les prennes pour des crétins, merci pour eux!!!

Carole 01/10/2014 21:44

Je crois que cette femme est bien à plaindre, en fait. Vraiment elle me fait pitié. Elle n'a peut-être pas eu d'enfants alors qu'elle en rêvait, ou bien elle n'a jamais su grandir et joue encore à la poupée.
Bien sûr il y a toujours un commerce quelque part pour prospérer sur les troubles psychiques de certains.

almanito 01/10/2014 22:02

C'est certain, toutes les misères sont sont exploitées en ce bas monde.
J'aime beaucoup les animaux, tu le sais, mais là, je suis très choquée. Il y a de plus en plus de gens détraqués qui se comportent ainsi. Comme toi, je les plains.

Elsaxelle 01/10/2014 21:38

J'ai vu quelques émissions sur les dingos de leur bestiole. Franchement je plains aussi bien les chiens que les maîtres ! Pour moi le propre de l'animal c'est la liberté, qu'on se le dise !

almanito 01/10/2014 21:50

Sans doute des gens qui transfèrent leurs problèmes psy, leurs manques et leurs frustrations cachées sur leurs bêtes. Pas très sain.

In the Mirror/Katia 01/10/2014 21:32

Ingrate va ! ne pas vouloir offrir une peluche à Nine, la pauvre, je suis sûre que ça lui manque et qui sait, peut-être qu'elle dormirait avec ? :))
Si ces chiens de salon le pouvaient, ils quitteraient surement leur(s) maitre(s) pour aller s'éclater avec les copains. C'est d'une tristesse quand on les voit dans les bras de leur mémère !
Merci pour ce texte tellement juste que je me demande s'il faut en rire ou pleurer :))

almanito 01/10/2014 21:48

Nine n'est pas un enfant, c'est un chien qui aime des trucs de chiens, ce qui est parfaitement normal.
Je plains autant les maîtres que les chiens à qui on offre des peluches dont ils se foutent complètement :). Tu as raison, on est à mi-chemin du rire et des larmes.

Loïc Roussain 01/10/2014 21:07

Les chiens-chiens à sa mémère, quelle horreur !

almanito 01/10/2014 21:45

Les chiens-chiens ET les mémères, je suis d'accord.

Michèle F. 01/10/2014 20:48

Un vrai chien heureux, ça ne sent pas très bon, ça bave plus ou moins, ça renifle le pipi des copains au pied des arbres, ça joue à ramener des morceaux de bois de l'autre bout du champ et surtout ça.......

almanito 01/10/2014 21:10

.....Et les vrais propriétaires heureux....aussi!

Pascale MD 01/10/2014 20:12

Excellent ton article, je me suis régalée en te lisant.
Les pauvres bêtes, franchement, est-ce possible de ridiculiser ainsi un chien !
J'imagine quand il se croisent, une conversation entre ces bêtes de manchon ou de salon (c'est au choix), et nos chiens crasseux mais qui eux ont pu se rouler dans le sable et... éventuellement dans un bon crottin de cheval (le mien en raffole, sans parler de la vase !)
Y'en a qui ne doivent pas être fiers d'avoir de tels maîtres !
Ensuite, je trouve non seulement cela ridicule mais indécent.
Parfois l'humain perd totalement le sens du commun, je le crains.
Belle fin de soirée à toi.

almanito 01/10/2014 21:14

Indécent, c'est le mot. Un chien fait-il la différence entre un vieux chiffon noué et une belle peluche? Dans ce cas, c'est peut-être le propriétaire du chien qui a un problème...