Emmurée dans un rêve, Tard....dans la nuit

Publié le par almanito

C'est une drôle d'histoire que je viens vous raconter. Pas une histoire rigolote, non, une histoire singulière et vraie.
Il arrive parfois que les échanges par blogs et par mails ne suffisent pas aux deux invétérées bavardes que nous sommes, une amie et moi, et que nous soyons, par la force de nos débits incontrôlables, obligées de nous emparer du téléphone pour éponger le surplus de tout ce que nous avons à nous dire.
Cette amie, vous la connaissez, il s'agit de Michèle F., celle qui prétend n'apparaître qu'à la nuit tombée sur son blog: Madame Tard le soir en personne.
Au cours de cet entretien, ce jour-là à bâtons rompus, car il peut également arriver qu'il se déroule à couteaux tirés - c'est aussi cela, la franche amitié - Michèle me confia qu'elle était en train de concocter un texte, prévu pour le dimanche suivant: aujourd'hui, donc.
-"Pff! Tu verras, c'est un truc curieux, il est juste question d'un mur" me dit-elle, refusant de m'en dire plus.
J'eus beau la harceler pour en savoir davantage, surtout dans le but de pouvoir longuement réfléchir à un éventuel commentaire pas trop crétin à la suite de son récit, rien n'y fit, la dame se replia dans les circonvolutions de sa coquille et je n'insistai pas.
Cependant, le sujet me turlupina suffisamment pour que j'en rêve la nuit suivante :

Sur la page blanche de son blog, Michèle avait réalisé un dessin, d'un simple crayon noir. Etonnant de sa part, pensai-je, elle dont le talent s'exprime si fort par l'écriture, mais la dame étant pleine de surprises, je ne m'attardai pas à ce détail.
Un mur de vieilles pierres sombres, très haut, occupait la partie gauche du tableau. Un mur inquiétant qui happa irrésistiblement mon regard, me laissant une étrange impression d'angoisse. Pourtant, une volée de petits oiseaux virevoltait devant la paroi, mais sans jamais en atteindre le faîte. Pourtant, des coups de crayons clairs en légères spirales, comme un souffle, faisaient planer sur l'ensemble un vent de prophétie.
Décontenancée, je scrutais inlassablement le dessin. Le trait volontairement appuyé, gras, sur le bord des ailes, m'alerta comme une interjection: ce croquis, loin de représenter une scène banale de petits piafs batifolant sur fond de ciel limpide, était... écrit.
A moi d'en déchiffrer l'énigme, sachant que la moindre virgule n'est jamais placée au hasard dans les écrits de mon amie...
Soudain, des notes de musique s'enroulèrent contre les pierres, me révélant une mystérieuse présence d'eau. Voyais-je une source? Un ruisseau? Quelques gouttes de rosée? Non. D'où venait donc la musique? Et l'eau?
Je fouillai encore désespérément la scène, me reprochant ma mauvaise lecture, quand des mots brefs apparurent, de-ci, delà, qui s'égaillèrent comme des moineaux avant même que j'aie pu en lire un seul...

Il me sembla m'enfoncer dans un rêve qui n'était pas le mien.

Ce fut à cet instant précis que je m'éveillai.

A peine levée, je m'empressai de raconter ce rêve à Michèle: "ha, ha, si tu savais ce dont tu m'as fait rêver avec ton histoire de mur...."

Curieux rêve en effet, lorsqu'on prend ensuite connaissance du texte de Michèle, texte qui lui même... mais je ne vous en dis pas plus, voyez le récit de Michèle....

Emmurée dans un rêve,  Tard....dans la nuit

Commenter cet article

Hervé MARTIN 28/11/2014 00:14

Et si nous retrouvions la puissance du rêve chez les Amérindiens, où l'un rêvait pour tous ?

En famille, nous partageons nos rêves, c'est une habitude, une évidence, une ressource...
Avec le temps ce partage est devenu plaisir, voire émulation : qui fera le rêve le plus "intéressant" ?

Partager un rêve sur la blogosphère : il fallait oser !
Belle spontanéité...

almanito 29/11/2014 08:30

Je suis certaine que tu vas aimer l'écriture de Michèle. Je te rassure, nous ne sommes pas toujours en stéréo:))
Merci Hervé

Hervé MARTIN 28/11/2014 23:17

Je l'ai fait, ainsi que m'abonner à sa newsletter, histoire de profiter de votre "stéréo" !

almanito 28/11/2014 07:06

Alors il faut oser aussi aller lire le texte de Michèle..:)

Pascale 26/11/2014 11:13

Tout à fait d'accord avec Carole qui décrit ton texte comme kafkaïen !
Après avoir lu ton "rêve" et le texte de ton amis Michèle, je me dis qu'aller voir de l'autre côté du mur peut être dangereux, si l'on s'y risque seul(e)...
Sans doute est-ce pour cela que les rêves se terminent brutalement ? Pour nous permettre de rester dans ce que nous considérons comme le réel, pourtant juste une représentation...
Vos deux textes sont très Lacaniens en fait ! ;)
En tout cas, vos deux textes sont d'une grande poésie !
Merci Alma

almanito 27/11/2014 14:20

Clin d'oeil

Pascale 27/11/2014 13:19

sourire

almanito 26/11/2014 11:22

Alors attends je retire mes chaussures et mon chapeau (je suis en train d'enfler, tu comprends)
Ravie que tu découvres l'écriture de Michèle, un vrai bonheur.
Merci Pascale

Elsaxelle 25/11/2014 20:03

Belle symbiose !

les cafards 25/11/2014 17:24

on y court de ce pas

almanito 25/11/2014 17:34

Record de vitesse de lecture, les Caphys, j'admire.

almanito 25/11/2014 17:25

Vous n'allez pas le regretter:)

Nalo 25/11/2014 02:22

Incroyable suspens, Bravo !!

almanito 25/11/2014 06:41

Merci Nalo

Louv' 24/11/2014 21:02

Je connaissais le blog de Michèle, que j'apprécie beaucoup. Mais alors, ce texte...m'a fait voyager la nuit dernière ! J'ai rêvé d'un mur volant sur lequel je me tenais debout...Mais une à une, les briques tombaient sur la terre...et je me suis réveillée en pensant à vous deux ! Ouf !
Plaisanterie mise à part, cet écrit tout empreint de mystère et de poésie est superbe.

almanito 25/11/2014 18:17

Evidemment!

Michèle F. 25/11/2014 18:14

Je peux répondre à Louv' Alma? D'abord merci et pas de panique : aucun des deux murs ne risque de s'écrouler.....

almanito 24/11/2014 21:18

Hé oui, c'est un mur qui doit garder son mystère, tu penses bien qu'il n'allait pas se laisser faire:)
Drôle de coïncidences tout de même...
Merci Louv'

PARADISALIA 24/11/2014 20:23

De rêves et de cauchemars, leurs histoires se mêlent et s'en mêlent, ce qui nous à réfléchir sur les non-dits de nos écrits...Belle soirée Almanitoo...Bises

almanito 24/11/2014 20:26

Belle soirée à toi

In the Mirror/Katia 24/11/2014 13:33

Transmission de pensée ou seulement le souvenir d'un texte que tu avais apprécié nommé "Ondine" ?
Vaste sujet qui rejoint le questionnement de Michèle au sujet de cette "mémoire de l'oubli".

almanito 24/11/2014 13:35

Sans aucun doute le souvenir du conte d'Ondine resté dans un coin de ma tête, mais le mur? Michèle ne m'en avait pas plus parlé au téléphone que je ne l'ai relaté dans ce texte.
Un peu les deux mon général:)

JC Legros 24/11/2014 06:35

Voir aussi les textes de Tardlesoir de février 2014: Ondine I et II. Une histoire en déclenche souvent une autre ou fait ressurgir une image, un "vécu". Sewjerab, frontière chinoise, 5000 m d'altitude. Un plateau de quelques hectares où paissent des milliers de yacks, chèvres et brebis: le pâturage d'été du village de Shimshal. Un mur de pierres sèches long de près d'un kilomètre, haut de 1,5 m traverse cet espace. Au centre, une porte. Une fois par mois, les shimshali rassemblent les troupeaux et les font passer par la porte, afin de les compter. L'ennui, c'est que les vieilles femmes, gardiennes des animaux, ne savent compter que jusque 100. Lorsque 100 bêtes sont passées, elles gravent une barre sur la pierre. Le mur est criblé de barres (depuis le temps!). Quand la plupart des pierres avoisinant la porte sont trop pleines, elles enlèvent celle-ci, démolissent une partie du mur, un peu plus loin, y déposent la porte et rebouchent le premier trou. Et le murmure du mur entonne à nouveau sa mélopée. Beau texte, Almanito! Si tous les rêves pouvaient en fournir de pareils, se serait merveilleux pour les lectrices et lecteurs.

JC Legros 24/11/2014 14:12

Je ne balaie pas souvent. Ca risque de prendre du temps!

almanito 24/11/2014 13:57

:) ça va viendre.

JC Legros 24/11/2014 13:47

Car nous sommes poussières?????

almanito 24/11/2014 10:39

Si c'est pas honteux. Tu es trop grande maintenant pour faire ça.

Michèle F. 24/11/2014 10:22

Et moi je n'ai plus qu'à aller me fourrer sous le tapis! Merci à vous deux.

almanito 24/11/2014 06:48

Vous avez raison, il faut aussi lire l'histoire d' Ondine, un vrai petit bijou sous forme de conte, que l'on retrouve dans les archives de Michèle, en février 2014.
Merci JC

Carole 23/11/2014 23:55

Une présentation "kafkaïenne"... (et c'est un très grand compliment de ma part). Je vais aller me promener sur ce mur...

almanito 24/11/2014 06:57

Hum! je ne sais pas si c'est mérité, mais merci Carole.
Bonne promenade, ce mur nous emmène très loin.

CathyRose 23/11/2014 21:53

Oui c'est étrange en effet, un peu comme une transmission de pensée ! Bon en tous cas il faut que Michèle fasse attention à ce qu'elle te dit, si elle ne veut pas que tu fasses des cauchemars !
Très belle soirée, bisous !
Cathy

almanito 23/11/2014 22:00

Hé, hé, c'est vrai ça!
Tant pis pour elle, si elle me fait faire un cauchemar, j'en ferai aussi un texte:)
Merci Cathy, bonne fin de soirée à toi aussi

Michèle F. 23/11/2014 17:39

Tu me fais trop d'honneur, Alma. Maintenant j'aurai peur de ne plus être à la hauteur de la réputation que tu me fais. Je ne parviendrai jamais à monter aussi haut que ce mur!
Oui, il y a peut-être de la transmission de pensée dans cette coïncidence, nous en avions parlé juste avant ton rêve. Et c'est beau cette histoire de mur d'où s'échappent des signes... et des murmures d'eau....

almanito 23/11/2014 17:43

C'était dans ton dessin, je n'ai fait que relater ce que j'ai vu. Dans mon rêve. Ou dans le tien.

emma 23/11/2014 17:11

ah oui une bien belle et étrange histoire, Alma, et merci pour la découverte du blog de Michèle

almanito 23/11/2014 17:12

Tu vas te régaler chez Michèle.
Merci Emma

Pascale MD 23/11/2014 16:47

Bon soir,
Et bien, on peut dire que les conversations avec ton amie t'entraînent dans de drôles de rêves.
Jusqu'à en faire un rêve qui ne t'appartient pas, trop forte !
En tous cas, j'ai pris un agréable moment à te lire.
Biz et bonne soirée

almanito 23/11/2014 16:50

C'est à dire qu'il y a énormément de similitudes entre mon rêve et le texte de Michèle. Je ne sais pas si on peut appeler cela de la transmission de pensée, mais ça y ressemble.

Coumarine 23/11/2014 16:35

j'aime ton billet auquel répond celui de ton amie ,-))

almanito 23/11/2014 16:47

Merci Coumarine.
Le billet de Michèle était déjà écrit lorsque je lui ai raconté ce drôle de rêve. C'est ainsi que l'idée est venue de le raconter...