Sorcière

Publié le par almanito

Certaines méthodes de recrutement, même dans les plus grandes boites, resteront toujours pour moi un mystère.
J'avais été embauchée dans l'une des plus grosses maisons d'édition, en tant que commerciale. Ce ne furent pas d'éventuelles aptitudes à la vente qui déterminèrent le choix de la personne qui me reçut en entretien, mais, je le découvris bien plus tard, mon signe astral et l'étude graphologique que l'on réalisa sur mes pattes de mouche.
Trouver un emploi déjà à cette époque n'était pas simple et je me réjouissais de rejoindre l' équipe de vente d'une entreprise prestigieuse qui avait en plus à mes yeux, tout l'aura du monde de l'édition.
De livres, je n'en vis pas beaucoup car au bout de deux jours de formation menée par un directeur régional incapable d'aligner deux mots sans faute d'orthographe, on nous remit après avoir vérifié que nous savions par cœur un argumentaire de vente affligeant de bêtise, une plaquette sensée contenir ce que nous devions présenter et un carnet de commande. Et ce fut toute une escouade de nouvelles recrues un peu ahuries qui se retrouva un beau matin en bas d'une rue dont tous les habitants devaient être prospectés.
A la réunion du lundi matin suivant, la moitié des effectifs avaient disparu, la semaine suivante, nous n'étions plus que trois obstinés se sentant de taille à tenir le défi.
Je me démenais tant bien que mal pour me faire un maigre salaire exclusivement rétribué à la commission, soutenue par l'ambition de passer chef d'équipe.
Le hasard et la chance firent que l'une des dirigeantes créa juste à ce moment-là une force de vente dans un domaine proche et à sa demande, je la suivis, passant directement "chef".
Je fis mes preuves immédiatement, armée d'une équipe de choc toute fraîche que j'avais moi-même formée et dont mon principal souci était que chacun de ses membres puisse gagner sa vie correctement et manger tous les jours. Les "miens" s'aperçurent rapidement de cette différence par rapport aux autres équipes, et je n'eus pas à souffrir de ce que l'on appelle le turn- over dans ce milieu qui prône de détestables méthodes américaines, le plus fort écrasant le plus faible étant la règle générale.
A la suite de ce démarrage sur les chapeaux de roue, le train- train s'installa et bien que mon équipe marchât fort bien, je n'atteignais pas toujours les objectifs mirobolants qu'on exigeait de moi, toujours plus hauts de mois en mois.
Alarmée, la direction se pencha sur mon cas et c'est ainsi que je me retrouvai au bas d'un immeuble HLM de la ville de Paris dans un quartier que je connaissais peu, accompagnée de ma supérieure hiérarchique.
C'était une femme intelligente qui avait su transformer tous ses défauts en atouts redoutables. Elle fascinait autant qu'elle se faisait craindre et possédait en outre le don de manipuler les gens pour parvenir à ses fins, utilisant autant la séduction que la brutalité verbale. Nous pénétrâmes dans un appartement quasiment vide, hormis une longue table à chiffres d'où sortait une large rame de papier recouverte de calculs compliqués. Un petit homme, numérologue, m'apprit-on, originaire d'Afrique du Nord, sec et souriant nous y attendait et nous fit asseoir autour de la table. Vaguement inquiète, je me demandai ce que je faisais là, le rapport que cette visite bizarre pouvait avoir avec mon travail et quelle serait la suite des réjouissances.
J'en eu bien vite l'explication. Monsieur Abdel C. s'occupait de numérologie et d'un tas d'autres petits amusements occultes qui aplanissaient bien des problèmes dans la vie personnelle des gens et même dans ceux que toute société commerciale rencontre forcément un jour où l'autre. Il allait donc nous aider et m'aider, moi, en particulier dont les objectifs stagnaient lamentablement depuis quelques temps car il était clair qu'un courant négatif s'opposait à ma réussite et par conséquent à celle de l'entreprise.
Tout en conservant un sourire que je souhaitais calme et confiant, je sentis tous les muscles de mon corps se tendre un par un et dans un geste de défense instinctif, je resserrai ma veste de tailleur autour de moi.
"Ne vous contractez pas" me dit la directrice, on va vous expliquer," il ne s'agit que d'une sorte de lavement, cela va même vous amuser: ça se passe avec un œuf."...
Humpfff! Je déglutis, transie, tandis que des gouttes de sueur glacée me parcouraient le dos... lavement? œuf? Je balbutiai que j'étais certainement l'un des meilleurs éléments du groupe, que j'entretenais un excellent état d'esprit au sein du groupe, que je....que je...
Du calme, me dit le petit bonhomme," il ne s'agit que de couver un œuf (?!) que nous ouvrirons ensemble ensuite. L'intérieur sera tout noir de tout ce que vous conservez de négatif en vous. Vous allez voir, vous en serez étonnée......"
J'étais pétrifiée. Choquée. Un peur sourde me broyait le ventre, je pensai à me lever et atteindre au plus vite la porte de sortie lorsqu'il ajouta: "Si vous avez un doute, rien ne vous empêche d'apporter votre œuf personnel, il n'y a pas de tour de passe-passe, savez-vous?"
Malgré la panique, je ne pus m'empêcher de sourire intérieurement à l'idée d'un "œuf personnel". Avais-je un œuf personnel? Quoiqu'il en soit, je sautai sur l'occasion et optai avec empressement pour cet œuf personnel providentiel en promettant de revenir très vite pour faire l'expérience trop "marrante" et en profiter pour me débarrasser d'un tas d'impuretés que je n'aurais jamais soupçonnées.

Je pris congé rapidement au grand dam de ma supérieure qui me transperça d'un regard lourd de noirs reproches, apercevant sans doute, tout au fond de moi, l'ombre malfaisante de mon âme toute sale.

Sorcière

Commenter cet article

Mina. 01/12/2014 19:10

ho une omelette sur la tête de ces deux la... ils sont moches ...toi ton âme est belle on le sait nous! bonne soirée Alma

almanito 01/12/2014 19:30

Il fut un temps où on se demandait si les femmes avaient une âme comme les hommes...alors belles ou pas, on est bien contentes d'en avoir une, hein Mina;)

saravati 23/11/2014 19:44

Je penche pour la complicité de la chef de service pour arrondir malhonnêtement ses fins de mois ...
Beau récit ...
Merci pour tes visites dans mon pays déserté...ça réconforte !

almanito 23/11/2014 20:02

Je penche dans le même sens:)
Oui, je viens de temps à autre faire un petit tour, en attendant. Je te souhaite de trouver une solution...
Bon courage et merci de ta visite.

Hervé MARTIN 22/11/2014 22:56

La sincérité et la richesse de tes textes dressent en creux ton portrait : c'est le parcours d'un écrivain...
Ton parcours et ta réalité sont une terre fertile où tu cultives notre langue : bien-sûr les mots changent la face du monde, et tu fais ta part !

almanito 23/11/2014 07:38

Trop gentil Hervé, mais c'est vrai qu'une vie bien remplie aide, de même que la lecture.

sabine la pèlerine 19/11/2014 20:07

Je vois que ce milieu empire, avec des méthodes de plus en plus dingues !

J'ai fait aussi partie de ce monde d'affaires pendant une petite dizaine d'années, et "excellais" dans ce domaine ......Ouah, quel bonheur d'en être partie aussi !!!

Tiens je te dépose quelques cèpes...La bonne omelette que tu vas faire !!!!!!!!!!

Bisou du soir : sabine

almanito 19/11/2014 20:25

Je me demande même comment j'ai pu faire ce genre de job, j'imagine que toi aussi!!!
Huuummm! Un vrai bonheur tes cèpes:)
Merci d'être revenue, Sabine. Bonne soirée

Joseph 19/11/2014 10:12

C'est incroyable même si je suis persuadé que cette aventure t'est arrivée.
Bonne fin de semaine

almanito 19/11/2014 12:30

C'est vrai que ça ne date pas d'hier, mais je sais que ces pratiques continuent. Ce sont des portes ouvertes sur les sectes...

PARADISALIA 19/11/2014 07:52

Quelle histoire !!! Heureusement que ton caractère a eu raison de fuir...Certaines personnes ont dû tomber dans le piège !!!
Enfin je peux acceder à ton blog, hier quelques soucis avec le site overblog chez qui on ne pouvait se rendre ou laisser de commentaires...Je suis rassurée aujourd'hui, ils ont bien voulu me laisser entrer !!! Bises Almanitoo

almanito 19/11/2014 08:16

Oui encore des problèmes avec OB. C'est rétabli ce matin mais à nouveau je ne reçois plus les notifications quand j'ai un commentaire:( Moi qui voulais m'inscrire en formule payante pour éviter la pub, je crois que je vais encore réfléchir....
Désolée pour tous ces soucis, Paradisalia, merci.

Louv' 18/11/2014 08:14

J'ignorais que ce genre de pratique se déroulait. C'est incroyable, comment peut-on se laisser manipuler de la sorte ? ....Certainement pas toi, c'est sûr ! Non mais, et puis quoi encore ? Hum....c'est qui la sorcière ? ;-)

almanito 18/11/2014 08:19

La sorcière? c'est pas moi:))) C'était la directrice qui m'avait entrainée dans ce guet-à-pan.
Ils sont très adroits, des personnes vulnérables peuvent s'y laisser prendre et il ne faut pas oublier que dans le cadre du travail, on risque d'y perdre son job.

JC Legros 18/11/2014 06:24

Bien rigolo à lire! A votre place, (mais aurait-il osé me proposer ce genre de truc?), j'aurais pris l'oeuf et en aurais fait une sur le visage de cet hommelette.

almanito 18/11/2014 07:04

C'est leur point faible, ils étaient incapables de déceler qui serait assez faible pour accepter. Je sais que beaucoup s'y sont laissés prendre et l'ont amèrement regretté car ensuite le piège se referme et on en arrive aux sectes.

Carole 18/11/2014 00:42

Un monde irrationnel et archaïque, à tous égards. Dire qu'on appelle cela la "modernité".

almanito 18/11/2014 06:59

Une pratique pourtant assez courante dans le milieu de la vente directe...

In the Mirror/Katia 17/11/2014 22:12

Drôle de méthode pour endoctriner les gens !
Tu as eu raison de t'échapper, beaucoup trop malsain.

almanito 17/11/2014 22:19

Je ne me suis pas échappée, j'ai dit que je reviendrai couver avec mon "œuf personnel".
Je rigole maintenant mais j'ai eu très peur:))

Pascale MD 17/11/2014 22:06

Bon soir,
J'ai bossé dans le domaine commercial et je retrouve bien cette ambiance que du décris avec brio.
Chef d'équipe, j'ai connu aussi, mais j'avoue que je n'ai heureusement pas eu à vivre ce genre de situation. L'imagination humaine n'a décidément pas de limite pour parvenir a faire gonfler les chiffres qui portent la marque € !
Drôle à lire, mais à vivre, le rire doit être de la même couleur que l'intérieur de l'oeuf !
Bonne soirée

almanito 17/11/2014 22:12

Je ne peux pas te dire, j'ai refusé de couver alors du coup j'ai raté l'ouverture de l'œuf en question. Je me demande encore d'ailleurs, comment cela se passe, cette couvaison:)))

cathycat 17/11/2014 21:16

Vade retro . Si tu avais couvé cet oeuf, je ne t'aurais plus vue de la même façon :-)) Mais je pense qu'avec ses expériences douteuses, cet homme n'avait aucun problème de fin de mois... Ah la belle arnaque ! :-)

almanito 17/11/2014 21:21

Je pense toute le nœud de l'affaire est là. Cette personne avait plusieurs gourous de cet acabit qu'elle "aidait" à sa façon. Proie faciles car les gens payés à la com' sont souvent vulnérables...

CathyRose 17/11/2014 20:38

Bon alors si je comprends bien ... tu as gardé en toi tout ce qui était négatif ...? Pas étonnant que je t'ai attendue toute la soirée d'hier, on a été obligés de manger tes crêpes, !!!! Bon je m'égare ... bizarre ces méthodes mais je crois qu'il en existe d'autres toutes aussi ... originales !
Très belle soirée, bisous !
Cathy

CathyRose 17/11/2014 20:48

Je sais, c'est pas sérieux, je me rattraperai c'est promis !

almanito 17/11/2014 20:46

Oui, mais bon....

CathyRose 17/11/2014 20:45

Ah zut ... je devais le faire en MP et j'ai oublié !!! Bon ben ... une prochaine fois alors ...?

almanito 17/11/2014 20:42

Voui, voui, j'ai gardé toute la noirceur qu'on m'avait si gentiment proposé d'éliminer...
Sans vouloir te contrarier ma chère, tu as oublié de m'envoyer ton adresse, mais par politesse, je n'en ai rien dit.

Elsaxelle 17/11/2014 20:01

Alors ce genre d'histoire d'embauche, on pourrait les réunir et en écrire plusieurs volumes. A chacune sa particularité, son mystère, ses angoisses et son dénouement. Avec la tienne on rigole mais dès fois ce sont les larmes qui arrivent.

almanito 17/11/2014 20:09

C'est vrai, d'ailleurs quelqu'un de fragile aurait pu être déstabilisé par la mienne, ou bien pire: accepter de se laisser entrainer dans un engrenage bien malsain.

Michèle F. 17/11/2014 18:22

Si j'en crois la fable qui nous dit que "qui vole un oeuf, vole un boeuf" et si j'en déduis qu'un oeuf = un boeuf, tu vois jusqu'où l'histoire pouvait te mener : dans une étable à manger du foin! Tu as bien fait de te sauver. Drôle d'histoire et histoire très drôle!

almanito 17/11/2014 18:52

Excellent.
Maintenant que tu me dis ça j'en tremble rétrospectivement.
C'est en effet à peu près le sort qui m'attendait, mais je suis imperméable à ce genre de magie dangereuse.
Merci Michèle.