Vocation tardive

Publié le par almanito

Il n'est jamais trop tard pour bien faire, ou pour faire, tout simplement.
Une de mes tantes après s'être consacrée des années durant à la composition peu concluante de poèmes à la gloire de la France, des roses et des petits oiseaux, se découvrit au cours d'une promenade en forêt, une passion pour un art bien différent.

Un morceau de bois lui plut, qu'elle rapporta chez elle, voyant déjà, à travers ce bout de bûche inerte, la sculpture qu'elle allait tenter d'en tirer.
Dès le lendemain, petits calepins noircis de sa fine écriture, rossignols enchanteurs et vierges couronnées de roses furent sans pitié et à notre grand soulagement, remisés dans le placard des allégories emphatiques et des rimes foireuses pour faire place à tout un bataillon de ciseaux à bois, fines ponceuses et limes diverses.
Finies les séances interminables où, pris en otage, nous subissions, presque pieusement et intérieurement tout à fait révoltés, le flot tiédasse et intarissable de ses vers qu'elle déclamait les yeux humides, mains jointes sous la poitrine.
Des copeaux et de la sciure de bois jonchèrent soudain la belle moquette claire qu'autrefois nous ne pouvions fouler que déchaussés. La tante, bouche crispée et sourcils froncés sous l'effort, révélait des muscles que nous ne lui soupçonnions pas, s'acharnant sur d'épais tronçons informes auxquels elle donnait vie. Aucun croquis, aucun projet précis. Elle entamait la matière qui lui révélait soudain où elle allait.
J'aimais bien certaines de ses œuvres, la première, surtout, cette femme qui soulève un enfant à bout de bras et qui est toujours si je ne me trompe, au parlement de Strasbourg pour symboliser "l'hymne à la joie", dont les plis de la robe apparaissent providentiellement dans les veines du bois.
Elle me fit cadeau, en tant que nièce préférée, d'une tête de Christ moderne, aux traits anguleux, sévèrement taillés et aux yeux absents. Une sensation de souffrance crue, inhumaine qui me mettait fort mal à l'aise. Comme je lui confiai un jour mes impressions, elle me la reprit, vexée. Mon excès de franchise ne me fut pardonnée que bien longtemps après, lorsque je lui fit une dernière visite avant de quitter le continent.
Il s'agit d'une main, sculptée dans un morceau d'ébène qu'elle m'offrit avant mon départ. J'aime beaucoup cette main sombre. Très étrangement, et en dehors du symbole, j'y retrouve un peu ses mains, de celles de ma mère et des miennes.
Atteinte d'une maladie dite de "tremblements essentiels" - elle ne m'en dit jamais plus - elle ne pouvait plus travailler le bois depuis longtemps. Ce fut certainement ce qui gâcha cruellement ses dernières années.
Toute bouleversée par nos adieux, elle me tendit le lourd objet de ses mains tremblantes en murmurant "tiens, c'est ma dernière œuvre". Malgré moi, et sans qu'elle n'en vît rien, le mot me fit sourire.

Les photos sont de piètres images glanées à droite à gauche dans des coupures de journaux, elle avait eu de petites gloires locales et fut plusieurs fois primée.

Vocation  tardive
Vocation  tardive
Vocation  tardive
Vocation  tardive
Vocation  tardive
Vocation  tardive
Période vitrail...

Période vitrail...

Vocation  tardive
Vocation  tardive

Commenter cet article

cathycat 05/12/2014 19:25

Tu te moques un peu, avec affection. Mais si ! c'était une véritable artiste, ses sculptures expriment toutes quelque chose et l"'hymne à la joie" est très puissante. La main dégage quelque chose de très fort qui me mettrait presque mal à l'aise je ne sais pas pourquoi. Mais il y a beaucoup de vie dans tout cela, et dans ta façon de décrire le pensum des poèmes aussi... que j'ai ri !...

almanito 05/12/2014 19:40

Oui, elles ont toutes quelque chose, mais tu vois, moi, les artistes qui se prennent au sérieux, ça me fait rire. Ceci dit, en vrai, elles étaient quand même pas mal;)

Hervé MARTIN 01/12/2014 23:29

Voilà un pan de toi qui sort de l'ombre...
J'ai croisé le chemin de plusieurs sculpteurs : rencontres chaque fois importantes, ravivées ici !
Cette main, Alma, t'a sûrement donné l'essentiel que tu porteras toujours : l'Art de la mise en forme...
Tu sculptes les phrases avec talent : puisse ta main garder toujours l'accent de la vérité, sans jamais trembler !
Un lecteur attentif...

almanito 02/12/2014 06:26

Attentif oui, merci Hervé.

marine D 30/11/2014 13:42

Il est certain qu'elle amis beaucoup d'elle-même dans son art, toutes ses émotions profondes
Bon dimanche

Carole 30/11/2014 01:27

Elle est en effet très très douée, cette tante. Et peut-être que c'est parce qu'elle n'avait pu s'exprimer à travers ses poèmes qu'il lui est resté beaucoup à dire au bois qu'elle sculptait. Si elle t'a fait cadeau de cette "main", c'est peut-être qu'elle souhaitait que tu deviennes artiste à son tour.

almanito 30/11/2014 07:29

J'y ai vu le lien familial et il est possible aussi qu'elle aurait aimé que je la suive d'une manière ou d'une autre, mais je n'en ai pas l'âme. N'est pas artiste qui veut...

jackie 29/11/2014 17:50

Elle était animée par une véritable passion... et une grande sensibilité que l'on sent à travers ses créations. Les mains sont particulièrement émouvantes.
Belle et douce soirée

almanito 29/11/2014 17:57

Oui, cette main est la seule chose qui me reste d'elle, j'y tiens beaucoup d'autant qu'elle me l'a donnée la dernière fois que je l'ai vue. Merci Jackie

JC Legros 29/11/2014 06:10

Vous n'allez pas me croire: je prends la balle au bond! Passant des heures, des jours, des mois sur des morceaux de bois, glanés, pour la plupart, dans les jardins de ma clientèle, je tente de les mettre à nu, les écoutant me dire ce qu'ils sont. Certes, j'accentue leur caractère - lorsque je devine une forme allégorique - mais je ne peux me décider à leur imposer une quelconque représentation. Car le bois, quel que soit son âge ou son état, vit toujours. Il est - je ne ris pas - immortel. On pourrait faire une exception des bois flottés, qui ont passé du temps dans un élément autre que le leur. On devrait d'ailleurs parler de bois noyés. Je préfère moi aussi cette main qui raconte tant de choses. Avec elle, on imagine, on rêve. Elle est ouverte. Elle me rappelle ce cadeau d'un vieil homme qui m'aimait bien et qui travaillait le bois (il faisait essentiellement des sculptures pieuses). J'ignorais encore que j'allais être pris par cette passion. Il me demanda de lui donner un thème. Il réaliserait une sculpture pour moi. Je lui dis: l'écriture et la montagne. Il fit une mains merveilleuse, recroquevillée... avec les doigts coupés.

almanito 29/11/2014 08:48

Je ne l'aurais pas pris non plus de façon négative à votre place puisqu'il vous aimait beaucoup. Non, je me disais que ces doigts coupés, pas finis, en quelque sorte, représentaient au contraire tout votre avenir possible dans ces deux domaines pour lesquels vous excellez, la montagne et l'écriture. Une liberté qu'il vous laissait, aussi.

JC Legros 29/11/2014 07:55

Je n'ai pas été plus loin que l'explication donnée par le sculpteur: "quand je pense à la montagne, je n'ai qu'une image: celle de Maurice Herzog à qui on a dû couper les doigts gelés après sa (soi-disant ... ici, c'est jc qui écrit) victoire sur l'Annapurna". Sûr que j'aurais pu me sentir vexé: "tu écris mal, tu grimpes mal" ou "tu risques gros".... mais ce n'est pas mon état d'esprit. Et je ne suis pas vraiment pour l'interprétation des signes. Disons que je n'ai ni subtilité ni susceptibilité.

almanito 29/11/2014 07:27

Comment avez-vous interprété ces doigts coupés?

CathyRose 28/11/2014 21:30

J'ai souri en lisant ta réponse à Katia car en voyant le " Réconfort " j'ai de suite pensé déportation ! Contrairement à vous toutes j'ai du mal avec la main, ma préférée c'est symbiose ( je pense que c'est bien le nom, on ne voit que la fin ! ) ! On tous cas ta tante a été beaucoup plus inspirée en sculptant !
Très belle soirée Alma, bisous !
Cathy

almanito 28/11/2014 21:39

Je ne te dis pas la tête qu'elle m'a faite le jour où je lui ai confié mes impressions sur "réconfort"... pas franchement joyeux!
Symbiose est sans doute la plus classique, la plus achevée aussi.
Merci Cathy

Pascale MD 28/11/2014 20:57

Bon soir,
Un sacré boulot que ta Tante a réalisé, et le travail du bois n'est pas quelque chose de facile.
Je pratique la sculpture également (de moins en moins souvent, c'est une activité aussi très prenante) et le bois ne se laisse pas facilement dompter, c'est à nous de nous adapter.
J'aime beaucoup certaines des réalisations que tu nous présentes.
Merci pour ce moment de vie partagé.
Bonne soirée

almanito 28/11/2014 21:01

Sympa, pourquoi tu ne présenterais pas ton travail un de ces jours?

In the Mirror/Katia 28/11/2014 20:47

Il y a des talents cachés dans chacun d'entre nous, pour ta vieille tante c'est la sculpture, sa vocation l'a mené à en faire de belles oeuvres et à les faire partager.
J'aime aussi beaucoup la main et le réconfort !
Très bel hommage !

almanito 29/11/2014 18:09

Va bene, bona sera;)

In the Mirror/Katia 29/11/2014 18:06

Of course !

almanito 29/11/2014 17:39

!!! Duvia casca propriu in capu à mè!!!

In the Mirror/Katia 29/11/2014 17:17

isso não o impediu de ser bonito e ser perfeitamente realizado.

almanito 28/11/2014 20:59

Le réconfort est d'une tristesse qui me fait penser aux camps de concentration. Comme quoi, chacun voit différemment....

emma 28/11/2014 20:05

ce qui compte est la passion que cette femme sans nul doute d'une grande sensibilité a mise dans ses ouvres

almanito 28/11/2014 20:13

Exactement et c'est vrai qu'elle faisait peine depuis qu'elle ne pouvait plus travailler le bois.

Michèle F. 28/11/2014 19:15

Cette vieille tante, nous avions déjà eu un aperçu de séances de récitation de ses poèmes.... Tu nous en livres une autre facette. Je confirme : "aucun croquis, aucun projet précis". C'est comme ça, avec le bois. C'est le bois qui décide. Le sculpteur doit suivre ce que lui proposent le sens des fibres, les noeuds, enfin ce qu'il trouve à l'intérieur. Après l'écorçage, le dégrossissage, le dégagement de ce qui est inutilisable, il s'adapte. En tout cas, de tout ce que tu présentes ici, c'est la main que je préfère.... élégante, fine et.... noueuse en même temps.

almanito 28/11/2014 19:41

Ah! Disons alors que l'artiste a fait preuve d'un grand réalisme.

Michèle F. 28/11/2014 19:29

Chut! Je crois que ça existe, des moines méchants.....

almanito 28/11/2014 19:25

Moi aussi, c'est la main que je préfère mais pour être honnête, le reste n'est pas mis en valeur par mes photos.
(Je déteste le petit moine qui a l'air profondément méchant quand on le voit en vrai)