Un endroit bleu

Publié le par almanito

C'est un endroit bleu, battu par les vents, entre deux bras de rochers rouillés allongés dans la mer.
On y accède par une route en lacet crapahutant d'ornières en ornières entre les collines dorées de genêts. Aux rares passage de voitures, de petits veaux tendent leurs museaux tout roses par dessus de courtes haies de lentisques tandis que les chevaux savourent la vie sauvage dans les champs d'asphodèles.

De loin, on aperçoit déjà le golfe, qui disparait dans un tournant pour pour mieux réapparaître, plus net, plus soyeux au suivant.

Un petit sentier taillé entre les ronces de mûriers, prolongé d'une pinède fouettée par les brises, n'excédant pas hauteur d'homme, s'ouvre sur la liberté. Une étendue d'eau infinie, seulement limitée par l'horizon, se décline en saphir troué de flaques turquoises, en indigo profond scintillant d'étoiles métalliques pour se fondre, là-bas, au bout du monde, dans un ciel ouaté.
On enfonce ses pieds dans un sable blanc pailleté de mica, si fin qu'il s'accroche à la peau. . Au large, l'eau se soulève comme une grosse bête inquiétante et sombre, gronde et arrive par gros wagons de rouleaux successifs écumant de blanche colère pour achever leur course sur le rivage, déposant sur le sable de tendres dentelles roses effilochées de poussière corallienne.

Plus haut, vers les terres, des monticules de bois flotté dorment, biscornus, torturés, squelettes de forêts lointaines blanchis de sel et de soleil, cadeaux de rivages lointains achevant là leur voyage sur un tapis de minuscules méduses séchées, d'un bleu translucide.
Un cordon d'herbe folles borde la montagne d'un anthracite dur, en surplomb, horde de crinières blondes sans barrières, défiant les vents. Comme une réponse aux flancs obscurs, se détachent, bien plus loin, l'ombre de sommets plus aigus fondus dans la brume, rêves d'antiques châteaux inaccessibles.
Au large, un lac limpide entrouvre les nuages tandis que le ciel se noircit au-dessus de la plage déserte ou presque: un jeune dieu de la mer au teint de pain d'épice sort de l'eau avec sa planche, fourbu mais heureux, ébrouant des étoiles de bonheur fou autour de lui.

Un endroit bleu

Commenter cet article

Joseph Guégan 11/04/2015 11:18

Tu décris magnifiquement bien ton beau pays. Bravo pour cette belle page.
Bon week-end

almanito 11/04/2015 11:48

Merci Joseph, bon we à toi

Mina. 11/04/2015 08:37

Hooo mais en y est ! ça c'est de la lecture ...Alma merci moi j'étais assise et je regarde et en même temps dans un livre ! bravo bravo.et ce matin ça me va bien tient...

almanito 11/04/2015 10:36

Merci Mina, bon samedi

Martine 10/04/2015 08:51

Magnifique! Je m'y vois sur cette plage au bout du chemin de la pinède . Ce que j'aime l'océan!
Merci pour cette merveilleuse lecture! Quel bonheur avant de commencer ma journée
Merci Almanito
;)

almanito 10/04/2015 09:28

Les asphodèles, les méduses, la montagne les pieds dans l'eau...tu en Corse au bord de la méditerranée;)
Merci Martine

PARADISALIA 07/04/2015 21:14

Je fonds comme neige au soleil alors que je me trouve devant cette étendue de mots qui brillent sur les flots...Magnifique Almanitoo...Bises

almanito 07/04/2015 22:58

Ne fonds pas trop quand même!
Merci Paradisalia

les caphys 07/04/2015 17:37

merveilleux !!!

almanito 07/04/2015 22:58

Merci!!!

emma 06/04/2015 23:39

que c'est beau ce poème en prose tout en impressions, sensations, communion, et que la photo est belle, que la mer est belle

almanito 07/04/2015 06:20

Allez Emma, je viens te chercher à l'aéroport!

Hervé MARTIN 06/04/2015 22:22

Le temps manque : commentaire concentré...
Ma dernière visite ? C'était fin février : je reprends le fil de 18 billets, de chacun de tes mots...
Bonsoir Alma !

J'ai glané en chemin :
"Escalader sa chance par dessus les barbelés..."
"Elle est belle, même fatiguée..."
"Son visage, sidéré, devenu celui d'un vieillard..."

J'ai adoré "Un endroit bleu" : musique des mots, peinture vive, théâtre grandeur nature, un festival dont tu as le secret, qui brise les frontières...
Il y aurait deux territoires, l'art et la littérature ? Un seul ici, mer et ciel ne font qu'un !

Merci pour chaque mot, chaque photo, chaque datte, de ton beau palmier : bravo pour ta photo-bandeau !
Encouragements amicaux
RV

almanito 07/04/2015 06:21

Je te sais très occupé en ce moment Hervé, grand merci pour cette visite et à bientôt sur ton blog.

Elsaxelle 06/04/2015 22:10

Et dire que ma fille est en train de travailler sur une anthologie de poèmes sur la mer... Je vais lui faire lire ton texte :-)

almanito 07/04/2015 06:23

Je pense qu'elle trouvera beaucoup mieux:))
Merci Elsaxelle

Jonas D. 06/04/2015 12:41

Bander les yeux d'un peintre, lui donner pinceaux et chevalet. Puis lire ton texte à voix haute à son oreille, peut-être celle qui lui resterait, et lui demander d'exercer son art en aveugle. Le résultat déchirerait un peu de paradis. Merci. Jonas

almanito 06/04/2015 13:16

Whaou! Pauvre peintre!

sylvie kapal 06/04/2015 11:11

ma foi votre endroit donne envie de s'y perdre!!

almanito 06/04/2015 11:19

Vous avez des ciels sur votre blog qui donnent la même impression...

caroleone 06/04/2015 10:28

Mais
c'est que tu as suivi un sentier jonché de petits cailloux de toutes couleurs, de toutes substances pour arriver à ce paradis marin comme seule sait le dessiner la Mare Nostrum sur votre île de beauté C'est un magnifique et poétique récit digne d'un collier de perles (sourire)
Bravo à toi
bises de caro

almanito 06/04/2015 10:33

C'est gentil, ça, je suis toute rouge du coup pour le collier de perle.
Oui, les pierres ici sont forcément omniprésentes et très variées. Souvent aussi très symboliques, ça ne t'étonnera pas.
Merci Caro

In the Mirror/Katia 06/04/2015 10:20

Une couleur turquoise comme j'en ai rarement vu à part en Corse. Superbe représentation qui donne envie de plonger dans cette eau bleue et de se laisser flotter pour rejoindre le bout du monde !
Très belle photo alma !

almanito 06/04/2015 10:36

Plonger, c'est vite dit, l'eau est encore trop froide! Quoique j'ai vu des baigneurs début mars...
C'est vrai que cette couleur, de la plus profonde à la plus douce ouvre la porte aux rêves..
Merci Katia

jackie 06/04/2015 08:04

Oh, Alma comme c'est beau… ta description et la merveilleuse photo me donnent envie de sortir mes pinceaux
Merci
Passe une bonne et douce journée

almanito 06/04/2015 09:11

Oh oui, sors tes pinceaux, Jackie, tu sais que j'aime toujours ta peinture!
Passe toi aussi une bonne journée.

CathyRose 06/04/2015 07:35

Comme si on y était ... on voit, on sent, on entend ... superbe description Alma ! Et puis tu aurais pu le photographier discrètement ce "jeune Dieu de la mer", ce serait sympa de partager avec les copines !!!
Très bon lundi de Pâques, bisous !
Cathy

almanito 06/04/2015 08:02

Pour tout te dire, je n'avais pas mon apn, la photo date d'un an au même endroit en fait.
Et puis je ne sais pas si les dieux acceptent aussi facilement d'être photographiés...
Bon lundi de Pâques à toi Cathy

Carole 06/04/2015 02:24

Il est bien beau, ton endroit bleu.
C'est curieux, moi aussi j'ai publié du "bleu" sur mon blog. Il faut croire que les fêtes de Pâques nous donnent le "blues".

almanito 06/04/2015 08:04

Je ne vois de quel article tu parles, j'irai voir, mais le bleu pour moi, n'est pas une couleur triste.

* 05/04/2015 22:30

Un entre-temps
Porte d'instant
Une ecume amoureuse
sur la peau halee
Dans l'ombre du bleu
Onde mouvante
De l'Ame au Coeur
Dans le silence du vent
Du banc en attente
Le sable s'assie sur le large
Comme un oiseau libre
Libre d'Amour, libre...
Au loin l'hier enlace
Des soupirs en allant
Marche ressac
La mer est feline
Dans son ecrin de Vie...

Belle soiree Almanito

Christine 05/04/2015 21:19

c'est d'un bleu poétique, j'ai dans les yeux des myriades de petites étoiles qui scintillent...un très beau récit Alma...
Bises et belle soirée à toi

almanito 05/04/2015 21:27

Merci Christine, bonne soirée pour toi aussi

cathycat 05/04/2015 20:07

Ah coquine ! avec une telle description j'attendais presque l'apparition d'une vénus, d'un coucher de soleil ou d'une jolie sirène. Et voilà que tu nous offres un demi-dieu tout bronzé. Pas mal du tout comme idée... :-)

cathycat 05/04/2015 20:15

y'en a qui ont de la chance !!! :-))

almanito 05/04/2015 20:12

Euh...comment te dire.. je préfère le demi dieu à la vénus sans hésitation et tu ne vas pas me croire, j'y étais vraiment cet après-midi et je l'ai vraiment vu:)

* 05/04/2015 18:47

Sous le rouleau de nuages
Vagues en danse divaguent
Caressent sans etat
Le soupir du sable emouvant
Plainte irreelle sur le fil
Cette ligne d'instant entre bleu
Qui distille un parfum d'ailleurs
L'ecume rebondit, le ressac jaillit
Et le doux va et vient murmure
Sur la plage isolee
Au loin, la ou il n'y a pas de loi
Le soleil couvre le temps
L'air iode s'unit a la brise...
La Vie se dessine sur les empreintes
Comme une clairiere sur l'infini

Tres joli voyage
Belle soiree Almaniti

almanito 05/04/2015 18:57

Quel beau voyage aussi que ce commentaire, merci *